Les secrets d’un marketing musical réussi

marketing musical

Marketing, quel vilain mot, pour nous, artistes, pétris de talent, dont seul notre art devrait suffire à nous faire connaître par le plus grand nombre.

Oui, mais voilà, l’abondance de nos morceaux, de nos clips, de nos photos nous noie dans la masse.

Nous communiquons tous de la même façon sur les mêmes canaux de diffusion, sans réelle stratégie parfois.

Alors, comment penser marketing et musique ?

Marketing et musique : les clés de la réussite

Pour réussir une stratégie marketing, il faut bien cerner plusieurs éléments en amont du processus de sortie de vos évènements. Que ce soit une sortie de disque, un concert, un clip…

Les 3 éléments les plus importants à conserver dans un coin de votre tête sont, pourquoi votre projet existe, que pouvez-vous apporter aux autres et êtes-vous crédible par rapport à votre message ?

3 grandes étapes sont à respecter pour réfléchir de manière globale à votre stratégie marketing et dans ce premier article je vous en dévoile la première.

LE DIAGNOSTIC

Cette étape se déroule en deux temps et a pour objectif de déterminer le but de votre stratégie marketing.

Ce diagnostic doit vous permettre de définir la mission de votre projet, qui va au-delà d’un simple souhait de vendre des disques, ou de faire des millions de vues sur Youtube.

Vous devez vous étudier !

Le premier temps consiste à effectuer une sorte d’audit interne, c’est-à-dire identifier l’organisation de votre projet ou encore les différents processus de production de vos produits, afin de mieux comprendre les problèmes potentiels au sein de votre équipe.

  • Les décisions sont-elles prises à plusieurs ?
  • Arrivez-vous rapidement à un consensus, où la moindre petite idée est sujette à des débats aussi longs que les séances à l’Assemblée nationale ?
  • Êtes-vous prolifiques, ou vous faut-il des mois pour sortir un disque ?
  • Êtes-vous indépendant pour produire vos morceaux ou avez-vous besoin d’une logistique matérielle extérieure (studio, réalisateur, ingé son…) ?

Une fois cet audit interne effectué, tournez-vous vers l’extérieur et analysez votre environnement.

Identifiez les concurrents, leurs stratégies, la place de votre projet. Bref essayez de vous situer dans tout ce foutoir.

Cela vous permettra de dégager une première tendance sur le contenu de votre message promotionnel.

Vous devez tout poser sur la table et bien réfléchir au moindre détail.

Une fois que vous avez réalisé ces études interne et externe, vous pourrez certainement mieux définir pourquoi votre projet existe et ce que vous pouvez apporter aux autres ?

Je vous conseille fortement de faire cette première étude sur votre projet. Vous verrez que vous trouverez un tas de réponses qui pourraient vous permettre d’évoluer très rapidement…

Positionnement marketing et projet musical

LE CŒUR DE CIBLE

Maintenant, nous allons nous attarder sur les personnes que vous souhaitez atteindre, c’est-à-dire votre ou vos cible(s) et sur le message que vous allez véhiculer auprès de celles-ci.

Très souvent, le premier réflexe est de vouloir être écouté par le plus grand nombre d’auditeurs possible.

Mais savoir trier en amont ceux qui sont susceptibles d’être les plus réceptifs à votre univers est une démarche qui me paraît prioritaire et surtout économique en termes de temps et d’argent.

Vous devez réfléchir à 2 types de cibles :

  • Votre cœur de cible ou cible prioritaire,
  • Votre cible secondaire.

La cible prioritaire, ce sont les personnes qui vont adhérer complètement à votre univers.

Celles qui écouteront vos disques plusieurs fois, liker vos pages, partager vos infos sur les réseaux sociaux, visiter votre site, acheter votre merch ou se déplacer à vos concerts.

Vous pouvez déterminer votre cœur de cible sur plusieurs critères qui peuvent être liés à l’âge, au genre ou encore à la catégorie socioprofessionnelle.

Cela dit, je ne suis pas certain que ces critères plutôt classiques pour n’importe quelle marque soient vraiment pertinents pour la musique.

Personnellement, j’opterai plutôt pour un rapprochement de style avec des projets similaires.

Par exemple, si vous êtes un groupe de rock, que vous chantez en français et que vos âges moyens se situent entre 35 et 45 ans, vous pouvez rechercher des artistes à forte notoriété dont les caractéristiques sont similaires aux vôtres.

Dans cet exemple, le cœur de cible pourrait être un auditeur dans cette tranche d’âge qui aimerait la musique de Bertignac, Luke, Jean Louis Aubert, Mademoiselle K, tété, etc.

Réfléchissez bien à votre cœur de cible, car c’est là que se situent vos plus grands fans potentiels, donc d’éventuels relayeurs de vos infos.

VOTRE CIBLE SECONDAIRE

Cette cible peut être beaucoup plus large que votre cœur de cible, vous pouvez, par exemple rechercher les personnes qui aiment la chanson française ou la musique rock dans son ensemble, ou bien des musiciens.

Votre cible secondaire peut également être composée de professionnels. Vous pouvez déterminer des programmateurs radio, ou de concert, des festivals, des tourneurs…

PARLEZ LA MÊME LANGUE, MAIS PAS AVEC LE MÊME VOCABULAIRE

Réussir votre marketing musical

Une fois que vous avez défini vos différentes cibles, vous pouvez commencer à réfléchir à votre message et à la manière dont vous souhaitez être perçu.

Souhaitez-vous mettre en avant votre totale indépendance par rapport à l’industrie musicale ?

Avez-vous envie que l’on vous considère comme un groupe signé, même si votre label n’est que votre association ?

Vos messages devront être précis et leurs objectifs identiques, mais attention, ils devront être retranscrit de différentes manières.

Si vous souhaitez qu’on vous considère comme un groupe signé, mettez en avant votre structure auprès des professionnels et votre groupe auprès de vos auditeurs potentiels.

Votre positionnement doit être bien clair, mais la finalité de votre stratégie marketing doit être la même, votre groupe doit gagner en notoriété.

Creusez-vous bien la tête avant de passer à l’étape suivante, qui sera le passage entre la réflexion stratégique et la mise en oeuvre de cette stratégie.

Le positionnement marketing

Maintenant , je souhaite faire un point sur le positionnement.

Il est très difficile de devenir un aimant et d’attirer toujours plus d’auditeurs, tant notre message peut se trouver noyé dans la masse.

Je le répète, les réseaux sociaux sont de formidables outils de communication, mais ils ne cessent d’alimenter la jungle sonore.

À mon humble avis, en plus de la qualité de nos titres, il faut trouver un positionnement clair, de façon à générer de l’intérêt sans qu’une seule seconde de notre musique ne soit déclenchée.

Bien définir son positionnement est donc capital.

Avez-vous remarqué que les majors positionnent souvent leurs nouveaux artistes en les affiliant à des blockbusters ? On parle du nouveau « machin truc », des fils spirituels de, etc.

Bien que je ne vous conseille pas d’aller sur ce terrain-là, ces affiliations parfois douteuses permettent à l’artiste de bien se situer par rapport à son public potentiel.

BIEN SE POSITIONNER

Trouver notre positionnement doit répondre à plusieurs critères bien précis.

Il doit être crédible. J’entends par là que si nous décidons de jouer dans la cour des majors, il nous faudra réfléchir à sortir des grosses prods, atteindre des gros médias, jouer dans des grosses salles, faire des grosses tournées et des clips quasi hollywoodiens. Il faudra donc sortir la planche à billets.

Il doit répondre à des attentes. C’est peut-être le plus difficile à trouver lorsqu’il s’agit de musique. Aujourd’hui, il est compliqué d’inventer un nouveau style, un nouveau son, un nouveau genre.

Enfin, notre positionnement doit être clair et facilement compréhensible par notre communauté. Il faut indiquer clairement les contours de nos projets.

Quelles sont les causes que nous défendons, par exemple, ou bien notre amour par la langue de Molière ou de Shakespeare, notre dégoût pour les nouvelles technologies ou notre volonté de rester indépendant, quel que soit notre degré de notoriété, etc.

Il est évident que nous risquons de froisser tous ceux qui ne sont pas d’accord avec nous. Mais d’un autre côté nous risquons de renforcer nos relations avec d’autres.

Pour avoir eu le cul entre deux chaises pendant très longtemps et pour n’avoir pris aucune décision quant à un positionnement clair, je peux vous garantir qu’un positionnement tiède et flou, c’est la mort assurée d’un projet.

Quel est votre avis sur cet article ?

Cliquez pour donner une note !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote pour le moment

Vous devriez aimer...