Tidal (Avis) : Streaming pour Mélomanes ou Juste du Flan ?

tidal avis

Avec l’explosion ces dernières années du streaming musical, de nombreuses plateformes se livrent une bataille acharnée pour remporter ce juteux marché. Parmi elles, Tidal – la plateforme du célèbre rappeur Jay-Z – a du mal à se faire une place. Devriez-vous lui laisser une chance ? On vous donne notre avis.

Une ambition : être au service des artistes et des audiophiles

Tidal était à l’origine une plateforme de streaming musical créée en 2014 par la société norvégienne Aspiro. Depuis ses débuts, elle propose un streaming musical en haute qualité. Le service se fait connaître début 2015 quand il est racheté par Project Panther Ltd, le fonds d’investissement du célèbre rappeur américain Jay-Z.

Le marché était alors déjà largement saturé – avec, notamment, le géant Spotify que l’on voyait s’octroyer peu à peu une situation de quasi-monopole. Mais l’homme d’affaires voyait en la plateforme un potentiel de game-changer, en proposant une alternative aux passionnés de musique exigeants.

Avec une qualité d’écoute optimale, le pari était en effet de convaincre les puristes encore réfractaires au streaming musical.

Le deuxième argument mis en avant par Tidal est d’être une plateforme créée pour les artistes, proposant notamment une plus juste rétribution. Pour appuyer son argument, le 30 mars 2015 Jay-Z orchestre un lancement en grande pompe au Moynihan Station de New York en invitant sur scène un parterre de stars internationales : Alicia Keys , Nicki Minaj, Madonna, Usher, Rihanna, Daft Punk et, évidemment, Beyoncé, la femme du rappeur.

De quoi faire d’une pierre deux coups : réussir à se faire entendre au milieu des géants Spotify et Deezer, tout en appuyant cette image de service créé par les artistes. Les stars sus-citées, et bien d’autres, sont en effet actionnaires minoritaires de la plateforme.

Tidal s’attire, depuis lors, des contestations récurrentes. Ce lancement spectaculaire a globalement été mal reçu, donnant l’image d’une couverture pour que ces stars millionnaires puissent maximiser leurs profits.

D’autres accusations se sont succédées ces dernières années : on a notamment accusé la plateforme de gonfler le nombre d’écoutes de certains albums, mais également d’avoir – malgré elle – encouragé un regain du téléchargement illégal, la faute aux sorties exclusives ou différées de stars de premier plan poussant le public à y accéder par le biais du Peer to peer.

Ce que la plateforme propose

Comme toutes les plateformes musicales, Tidal met à disposition des abonnés un catalogue d’oeuvres musicales. Ces dernières sont accessibles en streaming, c’est-à-dire en ligne et sans téléchargement.

À ce jour, la plateforme compte plus de 60 millions de titres disponibles. Les morceaux sont proposés dans un format non compressé.

Il est également possible de télécharger sa musique afin de l’écouter hors-ligne. Ces morceaux ne seront en revanche accessibles que via la plateforme : impossible, donc, de les conserver si vous mettez un terme à votre abonnement.

Le service propose également l’accès à plus de 240 000 vidéoclips en qualité ultra HD.

Enfin, le service My Mix permet, en analysant vos préférences d’écoute, de vous proposer de nouveaux morceaux spécialement sélectionnés pour vous.

Comment ça fonctionne ?

Le fonctionnement de Tidal est très proche de ses concurrents, à l’exception qu’il vous faudra d’abord souscrire à un abonnement pour lire une musique (du moins, plus de 30 secondes).

Le service est disponible directement sur navigateur, ou sous la forme d’une application iPhone ou Android, et d’un logiciel sur Windows et Mac. Quelle que soit votre configuration, donc, vous devriez normalement n’avoir aucun problème pour accéder à votre musique.

Par ailleurs, il s’agit d’un service multiplatforms, vous pouvez donc créer une playlist sur votre ordinateur et la retrouver sur votre smartphone.

L’interface est simple d’utilisation, et vous propose différentes catégories pour naviguer dans le catalogue : par genres musicaux, ou par moods (ambiances), par exemple. Quand un titre ou un album vous plaît, vous pouvez l’enregistrer dans votre bibliothèque globale, ou dans une – ou plusieurs – playlist(s).

Rien de très innovant, donc, puisque c’est comme cela que fonctionne la majorité des plateformes de streaming musical.

Qu’est-ce qui fait la spécificité de Tidal ?

Quand on passe au crible ce que propose la concurrence, Tidal se distingue sur trois aspects :

La qualité audio

C’est l’argument principal de Tidal, celui qui devrait parler directement au coeur de tous les mélomanes : la qualité optimale des morceaux.

Quasiment toutes les plateformes musicales disponibles actuellement proposent des formats de musique compressés, comme le fameux MP3. Si ces formats ont le gros avantage d’être peu gourmands en données, cela se paie sur la richesse de l’écoute. Tidal, quant à lui, propose un format sans compression, le FLAC. L’information audio dans son ensemble est donc conservée.

Pourquoi cela concerne surtout les amateurs de musique ? Principalement parce que les formats compressés sont suffisamment bien pensés pour que la différence avec le “sans-perte” ne soit perceptible qu’avec le matériel adéquat.

En d’autres termes, si vous écoutez vos morceaux depuis votre smartphone avec des écouteurs standards, il y a de fortes chances que vous soyez incapables de percevoir une différence entre la qualité “Très élevée” de Spotify, et la qualité “Haute-fidélité” de Tidal. Par contre, si vous possédez un casque et un amplificateur haut de gamme, la différence sera flagrante.

Voilà pourquoi ce critère sera décisif pour certains, quand il sera sans importance pour les autres.

Une plateforme pour les artistes, par les artistes

C’est le deuxième argument phare de Tidal : être une plateforme qui rassemble les artistes et leur garantit une juste rétribution.

En ce sens, de très nombreuses stars sont actionnaires de la société : Alicia Keys, Rihanna, Daft Punk, Lil Wayne et même Indochine, le nombre de groupes et artistes à avoir pris part au projet est étourdissant, et confirme les ambitions.

Au niveau de la rétribution, la plateforme tient également ses promesses. Selon une étude d’Information is Beautiful, les plus grandes plateformes musicales rémunèrent leurs artistes de 0,0044$ par écoute pour Spotify à 0,0074$ pour Apple Music. Tidal, quant à lui, rémunère ses artistes 0,0125$ par écoute… la rémunération est donc de deux à trois fois supérieure à la concurrence.

Enfin, cette image de communauté d’artistes est renforcée par les sorties d’album dont la plateforme a l’exclusivité. Beyoncé, Kanye West, Rihanna… ces pointures de la musique ont toutes sorti un album en exclusivité sur Tidal, ou en sortie différée. Cette pratique, comme nous le disions, est néanmoins critiquée puisqu’accusée de participer à la résurgence du téléchargement illégal.

Un catalogue vaste et varié

Le dernier argument de Tidal, c’est son catalogue. À l’heure actuelle, c’est le plus vaste d’entre tous : 60 millions de titres. À titre de comparaison, il est très proche de Deezer (53 millions) et loin devant Spotify (35 millions). Le style musical est orienté rap américain et Hip-hop, mais reste très hétéroclite.

Petite particularité : la plateforme propose, en plus de la musique, un contenu video (lui aussi en ultra HD) avec plus de 240 000 clips musicaux proposés. C’est, à ce jour, le seul service de streaming musical à proposer ce type de contenu.

Différents tarifs proposés

Côté prix, Tidal se situe dans une fourchette haute.

Pour les offres standards, il faudra débourser 9,99 euros mensuels pour l’offre Premium, permettant d’accéder à tout le catalogue sans publicité, mais ne proposant pas la qualité audio “haute-fidélité”, et 19,99 euros pour l’abonnement Hi-Fi qui permet d’en bénéficier.

Pour les familles (jusqu’à 5 personnes sur le même compte), le prix monte à 14,99 euros pour la première offre, et 29,99 euros pour la seconde.

Enfin, pour les étudiants, le prix descend respectivement à 4,99 et 9,99 euros par mois pour les offres Premium et Hi-fi.

Pour ou contre ?

Les pour :

  • Une qualité audio supérieure à ce que propose la concurrence.
  • Des exclusivités régulières d’artistes de premier ordre.
  • Une juste rémunération des artistes.
  • La possibilité d’accéder à du contenu vidéo.

Les contres :

  • 19,99 euros par mois pour bénéficier du format audio non compressé, principal intérêt du service. C’est deux fois plus que ce que proposent les concurrents.
  • Une pérennité incertaine, la faute à des scandales à répétition.
  • La non-compression des morceaux est extrêmement gourmande en données.

Verdict

À notre sens, Tidal ne mérite pas la mauvaise réputation dont elle a tant de mal à se débarrasser. Elle a tenu ses deux engagements principaux, à savoir proposer une qualité d’écoute à la hauteur des exigences les plus pointues, et devenir la première plateforme au service des artistes.

Elle s’adresse donc à un public passionné de musique, possédant un équipement de qualité et préoccupé par la juste rémunération des artistes. Vous vous reconnaissez ? Profitez de l’essai gratuit de 30 jours !

Quel est votre avis sur cet article ?

Cliquez pour donner une note !

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote pour le moment

Vous devriez aimer...